AFP France 3 jeudi 21 octobre 2004

La gendarmerie en stage dans le Vercors pour montrer son savoir-faire spéléo

Sujets : France, Plongée, Gaz, Isère, Pyrénées-Atlantiques, Gendarmes

 
CHORANCE (Isère) - Les deux groupes de gendarmes spécialisés dans la spéléologie d’Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées Atlantiques) et de Grenoble ont échangé leurs expériences et montré leur savoir-faire sous terre pour leur premier stage national cette semaine dans le Vercors.

Mardi, dans les grottes de Choranche situées dans le somptueux massif du Vercors, de nombreux spéléologues du spéléo-secours ont découvert comment les gendarmes procédaient en arrivant sur les lieux d’un accident sous-terrain.

« Nous avons imaginé un exercice dans lequel les spéléologues découvrent le corps d’une spéléologue morte après une chute. Le but est de montrer aux spéléologues comment les gendarmes réalisent leurs investigations, prennent des photos, et surtout l’importance qu’il y avait à ne pas polluer une scène d’accident ou de crime en déplaçant ou en modifiant des indices », explique le colonel Jean-Michel Broutin, organisateur du stage.

30.000 personnes pratiquent la spéléologie en France et on enregistre une moyenne de 34 accidents avec 3 décès par an. En cas d’accident, la majorité des sauveteurs font partie des 3.000 spéléologues bénévoles qualifiés, entraînés et regroupés au sein de 53 structures départementales de l’association spéléo-secours.

Pollution

Plusieurs responsables de ces spéléo-secours ont découvert comment les gendarmes-spéléos avaient acquis en quelques années une compétence dans la recherche et l’identification des pollutions et des pollueurs.

Ils ont pu également voir le travail des gendarmes plongeurs en cas d’accidents dans des lacs ou cours d’eau souterrains, et les techniques utilisées pour intervenir dans des grottes dont l’atmosphère est empoisonnée par des gaz, notamment l’oxyde de carbone.

Pour la gendarmerie, la spéléologie est une spécialité relativement récente. Le groupe d’Oloron a été créé en 1974 et dispose de 20 militaires ayant une compétence sur toute la France. L’unité de Grenoble, créée en 1997 avec 14 militaires, a une compétence sur les Alpes.

« Les deux unités sont basées dans deux zones différentes. Il est important qu’elles échangent leurs expériences et se connaissent car en cas d’important coup dur, elles doivent travailler ensemble », a indiqué le chef d’escadron Joël Armand, responsable de la communication à la région de gendarmerie Sud-Est.

La spécificité de ces hommes commence à être reconnue à l’international. Des gendarmes spéléos français ont été récemment envoyés au Kosovo afin de sonder un site susceptible de dissimuler un charnier, et leur enquête a permis d’établir que ce charnier n’existait pas.

Mise en ligne le : 21/10/2004 11:47:34 - Source

Forum de l'article